Racolage

La loi interdit « le fait, par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder [ou tenter de procéder] publiquement au racolage d’autrui en vue de l’inciter à des relations sexuelles en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération » (art. 225-10-1 du Code pénal). Qu’il s’agisse de racolage actif ou passif, tu t'exposes alors à 2 mois de prison et 3 750 euros d’amende.

 

Tu es considéré comme coupable de racolage actif en cas de gestes ou de paroles invitant explicitement à des actes sexuels tarifés. Sur Internet, il est donc interdit de publier une petite annonce ou de créer un site proposant directement des services sexuels tarifés ; il est également interdit de diffuser un message similaire sur un forum.

 

Le racolage passif est quant à lui mal défini. Mais ni le fait d’être connu de la police en tant qu’escort, ni le fait de diffuser un texte sur un site ou un forum connu pour faciliter la prostitution ne peuvent suffire à justifier une arrestation, à condition que la question du tarif soit abordée par le ou la client en premier.

 

Attention : le seul fait de préciser qu’il s’agit de prestations d’accompagnement et non de prostitution, dans ton annonce ou sur ton site, ne suffit pas à te protéger contre une sanction pour racolage public.

Pour résumer, ton message public ne doit jamais évoquer des actes sexuels tarifés. Toutefois, tu es en droit de fournir, en privé (par e- mail ou téléphone), des informations sur vos prestations et tarifs si c’est à la demande d’un potentiel client.

 

Rappel : il est interdit à un policier de se faire passer pour un client. S’il le fait, les poursuites éventuellement engagées contre toi pour racolage public devront être abandonnées.

 

Pour en savoir plus, rends-toi sur le site du STRASS (Syndicat du Travail Sexuel).